Agilité et passage à l’échelle : à quoi s’attendre ? 1/2

Je sais, encore un article sur l’agilité à l’échelle, pfffff…c’est bon on a compris comment ça marche depuis le temps ! Par contre on a pas mal de dépendances, c’est un peu compliqué chez nous mais comme les autres hein c’est normal. Ah et puis tout le monde ne travaille pas de la même façon, mais bon c’est plutôt bien on adapte notre fonctionnement au contexte, c’est important quand on est agile. Bon et puis les managers ne savent pas encore trop comment se positionner dans tout ça mais on les accompagne, on y travaille, tout le monde passe par là on le sait…

Ça vous rappelle quelque chose tout ça ? Si la réponse est non félicitations, vous avez clairement un coup d’avance sur moi et du coup je suis très intéressé par votre feedback et comment vous avez résolu ces problématiques. Si par contre vous vous retrouvez dans ces remarques effectivement vous n’êtes pas seuls et je vous donne mon point de vue sur tout ça 🤓Le sujet est un peu long et surtout je sais que vous êtes très occupés du coup je le découpe en deux articles…allé allons directement au coeur du sujet !

Communication 3.0

Non, je n’ai pas inventé le terme (dommage moi qui étais si fier de ma trouvaille) et oui je pensais au Management 3.0 (lien en fin d’article pour les intéressés) en choisissant ce titre. La communication, de base, c’est compliqué. Entre l’idée que vous avez en tête et ce qui restera dans celle de votre interlocuteur il existe au moins 4 filtres, pas étonnant qu’on ai souvent du mal à se comprendre. Ajoutez à cela les différences culturelles, la formation de chacun, les problèmes de langue…et plus vous rajoutez de monde plus c’est compliqué, évidemment.

Dans une situation d’agilité à l’échelle (décidément je n’aime vraiment pas le terme, il faudra que je réfléchisse à autre chose) on se retrouve souvent avec des personnes dans une même équipe qui ne travaillent pas au même endroit ou qui n’ont pas la même langue maternelle et qui utilise une langue commune (généralement l’anglais) pour pouvoir échanger.

Première difficulté : bien maîtriser la langue

Pas de secret, il faut former les gens donc des cours doivent être proposés par l’entreprise pour mettre les gens à niveau, de préférence pendant les heures de travail. Et oui, c’est important pour travailler efficacement, du coup demander au gens de faire ça le soir ou le weekend c’est pas un super message et beaucoup ne le feront pas ou le feront moins en tout cas.

Une règle essentielle : on utilise toujours la langue que l’ensemble du groupe peut comprendre

En voilà une bonne idée 😀 Ça parait évident mais on a tendance à repartir sur la langue que l’on connait le mieux quand on commence à avoir du mal à s’exprimer et malheureusement ça devient contre productif. D’abord parce qu’on apprend moins vite et ensuite parce qu’on exclus automatiquement des gens de la discussion. Si vous avez du mal à trouver les bons mots vous pouvez évidemment utiliser le français par exemple mais uniquement pour vous faire aider des autres afin traduire à tout le monde. Oui, forçons nous à parler la même langue, et puis c’est important de parler anglais de nos jours, allé un petit effort.

La culture influence l’interprétation

Ma femme est Mexicaine, j’ai eu la chance de la rencontrer alors que je vivais là-bas et encore plus de chance qu’elle ait décidé de me suivre en France 😍J’ai vécu au Mexique plusieurs années, suffisamment pour bien maîtriser la langue, les modismes et les petits détails culturels du quotidien. Et pourtant, même après plusieurs années ensembles il arrive encore qu’il y ait des interprétations erronées d’un côté ou de l’autre lorsque l’on discute.

C’est évident mais on l’oublie pourtant souvent. La culture, l’éducation, l’expérience personnelle sont autant de paramètre qui dictent la façon dont vous comprenez et interprétez les messages. Pas toujours facile de s’expliquer quand on vient du même endroit, encore moins facile lorsque l’on vient de cultures très différentes (un français et un japonais, par exemple, n’auront pas du tout les mêmes repaires). Pour rendre les choses un peu plus facile il faut s’intéresser aux autres, essayez de savoir d’où ils viennent, comment ça se passe chez eux. Faire des déjeuner thématiques par exemple ou des jeux de type quizz pour découvrir la culture (et culture d’entreprise surtout) de celles et ceux avec qui vous travaillez est un bon moyen d’y parvenir. En plus c’est instructif tout ça (ça donne même souvent envie de voyager, de quoi trouver des idées pour vos prochaines vacances 😉).

On dit que 90% du temps de travail d’un chef de projet est dédié à la communication. C’est dire si c’est compliqué et important ! Et, comme pour la plupart des sujets, c’est à l’équipe entière de s’y intéresser pour que ça se passe bien.

Dépendances et périmètres de chacun

Scrum Master : Question, la story 337 est bloquée depuis 2 jours, ça impacte l’objectif de sprint ça ? On a des idées pour débloquer la situation ?

Dev Team : Bah on attend que l’équipe Avengers termine le 332, on peut rien faire en attendant…

Scrum Master : Ok, et du coup vous êtes allés les voir pour avoir des infos ? Où peut-être travailler avec eux pour avancer sur le sujet ?

Dev Team : ?!?…🤨

Oui, ça arrive et c’est normal (j’ai pas dis bien hein, j’ai dis normal). Ce serait génial si on pouvait travailler chacun dans son coin sans rien attendre des autres, avoir des équipes complètement indépendantes. Et en général, sur une bonne partie du périmètre, c’est le cas (sinon il faut revoir les périmètres d’urgence !) mais on ne va pas se mentir, il y aura toujours des dépendances. Donc autant l’assumer dès le début et réfléchir à comment gérer au mieux la situation. Il existe plusieurs techniques assez simples pour ça et qui ont fait leur preuves, je penses notamment au Scrum de Scrum : tous les jours, après les daily meeting, un ambassadeur de chaque équipe se réuni avec les autres pour discuter des sujets et dépendances et diffuser de l’information. Pour l’avoir utilisé souvent ça marche, très bien même mais attention le Scrum de Scrum permet surtout de gérer les sujets déjà en cours, pas forcément d’anticiper ce qui vient.

Pour aller plus loin il faut trouver autre chose. Dans mon entreprise actuelle nous testons des réunions hebdomadaires entre PO (enfin, la périodicité n’est pas encore bien définie) pour leur permettre de partager avec les autres les sujets à venir et essayer de détecter qui va être impacté par quoi. Je sais ce que vous allez me dire, “Et pourquoi que les PO ? C’est l’équipe dans son ensemble qui devrait participer, et puis ce serait bien d’avoir des devs dans ces discussions pour que ce soit vraiment efficace non ?” et vous avez certainement raison (si je note la question c’est qu’on se l’est posée aussi…) l’idée est que le PO diffuse les informations auprès de l’équipe pour ne pas mobiliser tout le monde tout le temps. Et puis on procède par étapes, je vous en dirai plus dans quelques temps (d’ici là on aura certainement appris des choses et adapté tout ça).

La définition des périmètres est un long sujet, il y a eu une approche marketing, puis produit, puis on essaie de prendre un peu plus en compte les implications techniques pour, encore une fois, limiter les dépendances…bref, on teste, on apprends, on change et améliore (du moins on essaie). Le plus important c’est que les gens communique (ah !) et soient réactifs, ce n’est pas pour rien que j’ai parlé de ça en premier 🤫

Sujet lié, la composition des équipes. Je me souviens d’une super vidéo de Scrum Life là-dessus, je vous mets le lien ci-dessous ⬇️

Pour aller plus loin

Comme promis voici quelques liens pour creuser ces sujets :

Management 3.0, le livre est excellent et le site pleins de resources : https://management30.com/

J’avais déjà écrit un article sur l’agilité en environnement distribué. Si ça vous intéresse c’est ici (en anglais pour l’instant) :

https://olivierrouhaud.wordpress.com/2019/08/21/agile-in-a-distributed-environment-does-it-really-work/

Une explication rapide et simple du Scrum of Scrum pour ceux qui ne connaissent pas trop (là aussi en anglais) :

https://www.agilealliance.org/glossary/scrum-of-scrums

Enfin la vidéo de Scrum Life sur le sujet de la constitution des équipes :

Vous avez aimé cet article ? Montrez-le

Mettez un commentaire, likez sur LinkedIn 👍 et partagez ! Votre aide et feedback sont important, c’est ça qui me permet d’apprendre et de continuer la réflexion, merci beaucoup 😀

One thought on “Agilité et passage à l’échelle : à quoi s’attendre ? 1/2

Add yours

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

Blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: